Comment devenir rédacteur web ?

redaction-web-optimisation-sémantique-analyse

La fameuse sacro-sainte question qui revient tout le temps !

« J’adore écrire », « je passe beaucoup de temps sur internet », « je suis plein de blogueurs », voilà les arguments mis en avant par les aspirants rédacteurs.

Nombreux sont ceux qui s’imaginent travailler tranquillement depuis la maison, faire des pauses quand bon leur semble. « Je veux être libre ! ».

A tous ceux qui envisagent les choses sous cet angle, je leur conseille de réviser leur copie.

Devenir rédacteur web relève plus de l’envie d’entreprendre, de la soif d’apprendre, d’un besoin de compréhension sans limite. Notre travail servant le référencement naturel de nos clients, il vaut mieux avoir un esprit de compétition bien aiguisé. Le but de la rédaction web, c’est de faire exploser le trafic et le chiffre d’affaires de chaque site pour lequel on travaille… Les Bisounours vont se faire secouer !

Le contenu web, c’est une arme !

J’exagère un peu, mais la création de contenu a un but précis, elle ne sert pas qu’à remplir des sites web.
Derrière chaque page, chaque article, un objectif se cache. On cherche à séduire, à attirer, à informer, à vendre. Toute stratégie de contenu tient compte de ces facteurs pour mettre en place une ligne éditoriale en conséquence.

Il ne s’agit donc pas de savoir écrire, mais bien d’être capable de servir une cause à chaque fois que l’on écrit. Un bon rédacteur freelance est un vrai caméléon. Il va passer de content marketing à blogging en un claquement de doigt. Il est conscient des enjeux et des contraintes liés aux différences de format, de ton. Il sait comment rédiger chaque ligne de contenu en fonction du contexte dans lequel ce dernier s’inscrit.

Il ne suffit donc pas d’avoir une belle plume, il faut avant tout être capable de mettre cette plume au service d’une cause. Il faut être capable de changer de ton, de registre de langage, de sujet, et parfois plusieurs fois par jour. Rédiger pour un site e commerce ou pour un blog professionnel technique, ce n’est pas vraiment la même chose.

L’optimisation SEO, ça vous parle ?

Là encore, voici un trait particulier de la production de contenus web, l’optimisation.
Un auteur classique ou un romancier n’ont pas à optimiser leur contenu. Il leur faut raconter leur histoire en immergeant le lecteur dans leur univers. Le rédacteur web va devoir écrire un contenu suffisamment pertinent pour intéresser son lectorat, mais il va devoir enrichir suffisamment chaque texte pour qu’un moteur de recherche le considère lui aussi comme pertinent.

Attention, je ne parle pas de matraquer un mot clé à répétition, mais bel et bien de créer un champs sémantique riche et à même de conférer une réelle plus-value au contenu. Et pour ça, chers rédacteurs, ne croyez pas qu’utiliser une version gratuite d’un outil suffira !

Aux bons ouvriers, les bons outils

Je vois trop d’articles circuler mettant en avant « la boîte à outils du rédacteur web », mais qui ne citent que des outils gratuits, ou trop peu élaborés. Il est nécessaire d’avoir conscience qu’en face, nombreux sont les concurrents à utiliser de vrais outils taillés sur mesure pour optimiser le contenu de façon efficace. A moins que vous n’arriviez à faire en sorte que votre article soit partagé des centaines de fois sur les réseaux sociaux, s’il n’est pas vraiment optimisé d’un point de vue sémantique, n’espérez pas le voir remonter dans les SERP.

Son positionnement et sa valeur aux yeux des moteurs de recherches dépendent directement de cette optimisation sémantique. Et attention, quand je parle d’optimisation SEO, je ne parle pas de Yoast… Je parle d’1.fr, de Yourtexteguru, de Cocon.se, de Visiblis… De vrais outils quoi !

D’autres existent, mais croyez-moi, ceux que je viens de citer sont des piliers. D’ailleurs, il est drôle de se rendre compte que certaines thématiques deviennent de plus en plus difficiles à optimiser. Eh oui, car souvent, derrière un projet web, un référenceur se cache. Il se charge d’optimiser le contenu qu’il aura commandé à un rédacteur freelance ou à une plateforme de rédaction.

Alors, ne croyez pas qu’il suffira de « bien écrire » et de répéter votre « mot clé » pour avoir une vraie écriture SEO… C’est un peu plus compliqué que ça.

Intéressez-vous de prés au référencement web et au webmarketing

De mon côté, avant de me lancer en tant que concepteur rédacteur SEO, j’ai bossé et étudié le SEO pendant 4 mois. Je n’ai quasiment rien écrit pendant cette période, mais j’ai dévoré tout ce qui présentait à moi. Marketing digital, communication digitale, techniques de référencement (cocon sémantique, création de contenus en tous genres, etc…) tout y est passé !

Evidemment, difficile de devenir expert SEO en si peu de temps, mais ça m’a vraiment permis de saisir les enjeux de la communication en ligne. Et je pense que toutes les rédactrices et tous les rédacteurs qui vivent bien de leur activité sont dans ce cas. D’ailleurs, plus le temps passe, plus mon travail s’oriente vers le SEO.

Si vous ne vous concentrez que sur la partie rédactionnelle, vous allez finir noyé dans la masse.

Attention aux formations web pour l’apprentissage de la rédaction

On trouve pléthore de formations en ligne qui promettent monts et merveilles. Malheureusement, trop souvent, ceux qui en sortent se retrouvent coincés sur des plateformes.

Créez vous un profil sur twitter et cherchez dans la communauté qui vous intéresse. Demandez des avis, recoupez les informations avant de dépenser des centaines, voire des milliers d’euros pour pas grand-chose.

Attention, je ne suis pas là pour faire de pub ou mettre quoi que ce soit en avant. C’est à vous de creuser pour trouver qui saura vous éclairer et vous former à la rédaction de contenu.
Vous pouvez vous faire la main sur des plateformes, mais les briefs ne demandent pas grand-chose côté optimisation. Si vous devenez freelance, vous devrez proposer quelque chose de plus, et ne pas vous contenter de suivre les consignes. Intention, niveau d’optimisation, structure, choix de l’outil, tout ça vous incombera.

Apprenez donc les bonnes pratiques liées à ce qu’écrire pour le web suppose, affûtez votre curiosité, comprenez ce qu’est un article très bien optimisé. En clair, ne vous contentez pas de savoir écrire. Cherchez, fouillez, creusez, et imposez-vous un maximum de rigueur.

Sortez des sentiers battus et ne comptez pas vos heures au départ. Vous verrez, tout ça finit toujours par payer !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
chat
Add a comment
keyboard_arrow_up