Une optimisation sémantique simple et efficace grâce à Yourtextguru

score-optimisation-semantique-yourtextguru

C’est un des outils d’optimisation sémantique que j’utilise le plus. Pour une simple page, pour du cocon sémantique, il est passe partout est très efficace.

En fonction de la niche et du marché, j’ai déjà vu des pages se positionner très vite et très facilement dans le top 5. Attention quand même, ça dépend de la concurrence qu’il y a en face… J’aime bien cet outil car il fonctionne en se basant sur l’analyse du contenu que l’on trouve sur le web. Il permet de faire un état des lieux d’une thématique.

En revanche, j’avoue que la rédaction de mes premiers textes et leur optimisation étaient longues. Il m’a fallu quelques temps pour le dompter et arrêter de me casser la tête pour rien ! Il faut rédiger à l’aide de l’outil et non vérifier l’optimisation à posteriori, c’est beaucoup plus rapide et efficace.

La rédaction avec Yourtextguru, c’est de la « sculpture sémantique » !

Quand on analyse les données fournies par les guides premium, on se rend vite compte qu’on met à notre disposition des termes et des expressions précis qu’il faut insérer plusieurs fois au fil du contenu. En gros, on vous verse un sceau de pièces de LEGO, à vous de construire la maquette que vous voulez.

J’aime bien cette image, car gamins, mes potes et moi on commençait avec les mêmes pièces, mais on avait tous un résultat différent. Là, c’est pareil.

Comme toujours en SEO et en rédaction web, ce qui compte avant tout, c’est l’analyse. Bien dominer son sujet permet de ne se servir de l’outil que pour la mise en forme du propos. Il ne faut pas croire qu’en disant n’importe quoi et en insérant les bons termes clés, les résultats seront au rendez-vous. Les outils ne sont que des supports qui permettent de s’assurer d’améliorer son score aux yeux des moteurs de recherche, pas aux yeux des internautes.

En revanche, l’analyse précise du guide peut suggérer des angles d’attaque d’une requête en mettant en évidence la répétition d’un terme précis.

A moins que le brief de rédaction d’un texte ne vous impose une liste d’expressions préétablie, l’analyse de différents sites web et de leurs contenus vous permet d’appréhender une façon de traiter un sujet qui vous sera propre. Si vous ajoutez à ça un guide Yourtextguru, il y a des chances pour que votre stratégie soit payante et représente plus d’intérêt du point de vue du référencement naturel et du positionnement. C’est le SEO qui sera content :).

L’outil sera donc surtout utile pour améliorer votre score SEO, par pour vous épargner la collecte d’informations, souvenez-vous en.

Quelques trucs pour rédiger des textes rapidement et efficacement

Personnellement, je me sers surtout des guides premium de l’outil. C’est nickel pour la rédaction de textes de plus d’un millier de mots. Je trouve que les guides One-shot ne sont pas toujours dans le mille pour des textes plus courts. Dans ce cas, j’utilise d’autres outils.

Première étape, j’analyse des contenus concurrents. Je passe souvent le texte de mes concurrents traitant de la thématique ciblée dans l’outil pour vérifier son niveau d’optimisation SEO. Mine de rien, ça donne une idée de l’effort à fournir. Il faut faire le lien entre la liste d’expressions du guide et le contenu des concurrents. Ce type de recherche clé permet parfois de découvrir certaines informations intéressantes et de mieux cibler son objectif, surtout sur des sites de SERP qui bénéficient d’un bon webmarketing et d’un bon niveau de référencement.

Ensuite, pour une rédaction rapide, je crée d’abord un plan qui reprendra des termes et expressions de la liste proposée pour les insérer dans mes H1, H2, etc. On se rend vite compte que ça fait déjà bouger le score à la hausse.

Ensuite, au fil de l’écriture, je vérifie fréquemment mon niveau d’optimisation. Pour un texte de 1200 mots par exemple, je peux facilement effectuer près de 30 analyses. Je m’assure d’une évolution graduelle du score SEO. Les résultats permettent de corriger le tir en cas d’optimisation plus lente d’un paragraphe à l’autre par exemple. Je cherche à faire en sorte que toutes les parties de la page que je rédige soient optimisées de façon homogène, sans quoi l’intention qui se dégage du contenu peut s’avérer différente de l’intention que l’on souhaite y mettre à la base.

Il n’y a plus qu’à écrire

Une fois que le rythme est pris, il n’y a plus qu’à dérouler ce qu’on veut dire. Parfois, la liste comporte des expressions difficiles à insérer. Dans ce cas, en fonction du niveau de concurrence je fais l’effort ou non. Si la concurrence est faible, je laisse tomber, dans le cas contraire, je me racle la soupière pour trouver un moyen de les intégrer. Par exemple, pour le guide du texte que vous êtes en train de lire, on me propose « months », « ago », « Yourtext », « guru »… Pas évident à caler (mais c’est fait !).

Ma façon d’utiliser Yourtextguru pour la rédaction d’un cocon sémantique

Pour tout dire, je ne m’en sers pas pour tout le cocon. C’est surtout pour les textes les plus hauts, ce qui introduisent le reste des pages. Le niveau supérieur ainsi que celui d’en dessous sont rédigés à l’aide de l’outil. Je cible bien l’intention de chaque page puis je mets les liens internes en place. Je sais ainsi que chaque page et chaque cluster vont être puissants intrinsèquement.
Pour les pages de niveau inférieur, généralement plus courtes et davantage axées sur la longue traîne, je me sers d’autres outils.

Quand on travaille sur une requête très concurrentielle, ça permet de bien asseoir l’ensemble. Le cocon sémantique n’en est que meilleur et plus puissant. La page qui introduit le cocon, doit être optimisée à fond. En général, je fais en sorte qu’elle ait un score SEO au-delà de 100%, en privilégiant une optimisation forte sur les premiers termes et expressions de la liste du guide. Vu qu’elle va recevoir les liens de beaucoup d’autres pages, autant qu’elle soit puissante de base.

Je viens de rédiger un cocon de 48 pages de cette façon, je ferais suivre les résultats dans un article dédié.

Le dernier conseil pour bien s’en sortir avec Yourtextguru

Un conseil très important : formulez bien votre requête lorsque vous produisez un guide ! En tapant par exemple « optimisation sémantique », le résultat sera différent de « l’optimisation sémantique ». Cela peut avoir une grosse incidence sur l’optimisation et sur l’intention qui se dégage de votre contenu. Attention !
Allez sur Twitter et guettez les Tweets de Doeurf, de Sylvain et Guillaume Peyronnet. Ce sont les papas de l’outil et ils proposent des formations pour s’en servir comme un pro. Dommage, l’inscription oblige à bouger à Paris ! Vous verrez de temps en temps passer un tweet valant son pesant de pépite, il ne faut pas le manquer. Il y a même des vidéos sur Youtube.

Le mieux à mon sens reste de tester dans son coin. On prend le temps de comprendre et on utilise l’outil à fond.

Pour tous types de textes et de sites (blog, site e-commerce, etc), Yourtextguru est vraiment efficace. Si l’occasion vous en est donnée, essayez sur un marché peu concurrentiel, le résultat est parfois impressionnant.

Comme d’habitude je le redis : il ne s’agit que d’un outil ! Il ne vous dispense pas de recherche et d’analyse. Et même s’il vous octroie un bon score SEO, il ne dispense pas non plus de netlinking dédié à chaque page, ni d’un maillage interne performant… Les liens entrants on leur importance, l’optimisation sémantique ne fait pas tout même si elle fait beaucoup.

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
chat
Add a comment
keyboard_arrow_up