Antigua, le charme d’une ancienne ville coloniale

antigua-guatemala-volcan-de-agua

Fini Atitlan et les rives de ce lac magique. L’étape suivante était Antigua.
Antigua est l’ancienne capitale du Guatemala. Elle parait être restée dans son jus et n’avoir pas subi les outrages du béton. Les rues y sont toutes pavées, les constructions sont basses, l’ambiance y est douce et agréable, un vrai lieu à part.

Lors de notre étape à Antigua, nous avons résidé à l’extérieur de la ville. Nous étions à l’écart, à San Pedro de las huertas, à tout juste un quart d’heure du centre-ville. Quelle surprise à l’arrivée dans le Airbnb que nous avions réservé : une jolie petite maison nous attendait ! Rien que pour nous !

Perdus au milieu des champs des maïs, notre « home sweet home » était au pied du « volcan de agua ». Un vrai paradis !

Le trajet Atitlan-Antigua : Highway to hell !

Nous avons fait le trajet en compagnie des Quevala à bord d’un chicken bus. Il s’agit d’anciens bus scolaires américains.
Aucun compteur ne fonctionne, on est à 80 pour 50 places, et je peux vous garantir qu’ils ont des chevaux sous le capot ! Le chauffeur n’a pas peur de doubler même avec une ligne continue sur des routes sinueuses. Il vaut mieux avoir le cœur bien accroché.

D’ailleurs, le chauffeur se tient à la fenêtre dans les virages pour éviter le déport… C’est dire s’il faut être bien accroché ! On a dû rouler à environ 100 km/h tout le long du trajet, du moins partout où le chauffeur arrivait à s’imposer.

Bref, un trajet rock’n roll, mais qui en valait largement la peine.

Retrouver le luxe d’un logement entier

On oublie souvent un détail lorsqu’on voyage : la plupart du temps, il faut partager le lieu où on loge. Qu’il s’agisse d’un hôtel ou d’une auberge de jeunesse, on compose entre la chambre et les espaces communs. Selon les endroits, c’est plus ou moins évident, voire supportable.
Là, un logement entier nous était dédié ! Une chambre, un salon, une cuisine (!), un jardin, oui, un vrai petit jardin avec son lopin de gazon et ses fleurs. On a d’abord eu du mal à y croire en cherchant l’arnaque… Mais on avait beau cherché, on ne trouvait pas. Difficile de réaliser que cette maisonnette allait être pour nous durant toute une semaine !

volcan-de-agua-antigua-guatemala

Le toit terrasse (oui, il y avait un toit terrasse !) permettait de voir la vallée où se situe Antigua. J’ai rarement autant pris de plaisir à boire mon café dehors le matin. D’ailleurs, tous les matins, j’avais rendez-vous avec un visiteur exotique : au lever du jour, une fois sur le toit, je tendais l’oreille pour guetter son arrivée. Dès que les premiers cliquetis se faisaient attendre, je scrutais aussitôt la haie où il se rendait. Et oui, tous les matins, un colibri venait butiner les fleurs de la haie du jardin !

Cet instant me faisait commencer la journée avec le sourire et me procurait le sentiment d’être privilégié. Ses reflets verts scintillaient avec le soleil naissant, un vrai spectacle éphémère tous les jours !
La maison était pleine de charme. Des poutres, du bois, des matériaux nobles, un vrai petit cocon. On y a passé une semaine hors du temps. Chaque fois qu’on rentrait de balade, on revenait pleins d’entrain et tout heureux de réintégrer nos quartiers.

Il faut le dire, ça fait un bien fou !

Le cœur d’Antigua

 

Cette ville est juste sublime. Nous y sommes venus sur les conseils de Manuel, le wikipédia mexicain. Il nous avait affirmé qu’on ne le regretterait pas.

Effectivement, quel plaisir, quelle beauté. On dirait que le temps s’y est arrêté il y a plus d’un siècle. On sent l’influence espagnole dans les constructions. La plupart des bâtiments possèdent des patios et de magnifiques cours fleuries et décorées. L’artisanat y est mis à l’honneur dans tous les coins.

Il est parfois difficile de savoir si on est au Guatemala ou à Cuba. Même si les murs des constructions sont parfois défraichis, ils donnent un charme unique à cette petite ville. Les gens y sont souriants et agréables, il y fait bon vivre. Les cafés sont tous très agréables.

On trouve ça et là des églises très endommagées par les tremblements de terre à répétition, mais pour autant, elles sont laissées telles qu’elles sont. Elles ajoutent une touche de charme à l’ensemble.
Un magnifique point de vue surplombe toute la ville et permet d’apprécier sa situation aux pieds des volcans qui l’entourent. Nous y sommes montés en compagnie de la petite famille pour apprécier la vue ensemble. Magnifique !

 

En clair, Antigua est un bel endroit où il fait bon laisser filer le temps. On profite et on ouvre les yeux ! Il n’y a pas mille activités à y faire, mais force était de reconnaître que cela tombait plutôt bien, à ce moment-là, nous avions pas mal de travail. Et dans un cadre tel que celui-là, rien de plus facile !

 

rue-antigua-guatemala

Le prix de la vie n’est pas partout le même

Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que nous sommes au Guatemala. C’est un pays où la vie n’a pas forcément le même prix que partout… En discutant avec une conductrice de taxi, elle nous a raconté plusieurs anecdotes relatives aux taxis et à leur influence. Nombreux d’entre eux sont d’anciens repris de justice, membres d’organisations clandestines. Il arrive que des règlements de comptes aient lieu, et ce, avec ou sans client à l’intérieur du véhicule. D’ailleurs  il est arrivé plusieurs fois que les clients soient considérés comme des témoins, donc liquidés sur le moment. Il ne faut pas pour autant en faire une règle générale, mais il est bon de le garder à l’esprit, au cas où…

Aurevoir Guatemala, Colombie nous voilà

Après avoir entendu parler de volcans qui ronflaient, après avoir grimpé au sommet de l’un d’entre eux, après nous être baignés dans des eaux cristallines de montagne, nous devions partir. Après une semaine mêlant travail, détente et amis, nous avons dû nous résigner à abandonner ce cocon si tranquille pour nous envoler vers la Colombie. Un peu plus de 2 semaines au Guatemala nous ont laissé un goût de trop peu… Mais c’est l’jeu ma pauv’Lucette ! On ne peut pas rester partout pour toujours.

Après la tranquillité et la douceur qui nous ont bercés au Guatemala, qu’est-ce que la Colombie allait nous réserver ? On sait toujours ce qu’on perd, pas forcément ce qu’on va gagner…

La suite au prochain épisode !

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur google
Google+
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur pinterest
Pinterest
mood_bad
  • No comments yet.
  • chat
    Add a comment
    keyboard_arrow_up